Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il faut tout, tout prévoir !

Un blog sur un chantier ? Quel intérêt ?

Oui ! Mais quand le chantier est habité par la Famille Dindon (de la farce) et que c'est une femme qui raconte les travaux, ça peut devenir amusant... surtout quand ça dure, ça dure... un an , deux ans, trois, quatre....

 

  avant /
après

 

 









- Pour les paresseux qui n'aiment pas lire, vous trouverez des
albums photos tout à fait parlants... (photos Bergère, tous droits réservés)
- Pour les femmes dont les hommes veulent se lancer dans les travaux, renseignez-vous avant !
- Pour avoir une vision plus globale de l'histoire avec photos, régalez-vous  de ma vision des travaux.
- Pour prendre des leçons de bricolage, instruisez-vous avec Maître Dindon.
- Pour savoir où nous en sommes
aujourd'hui, cliquez sur "les dernières avancées du chantier".
- Pour en rire un peu, allez tester "mes clins d'oeil"
- Pour connaître le
début de l'histoire, allez lire "le roman de nos travaux".

Archives

Articles Récents

14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 18:10

Le Charpentier


Il a sa propre entreprise de charpente et, à ce titre, se met au-dessus du paquet des ouvriers. Il parle d’égal à égal avec le maître d’œuvre qu’il ne se gêne pas pour critiquer dès qu’il a le dos tourné.

C’est un bel homme, pas très grand mais avec de beaux yeux et un beau visage. Un moment, je me suis demandé s’il ne préférait pas les hommes, tant il me fuyait (je lui fais peur ?). A la fin du chantier, j’ai appris qu’il a une femme et qu’il est plutôt du style « jaloux possessif » qui n’hésite pas à en venir aux mains quand on regarde de trop près sa femme… Un vrai méditerranéen sanguin !

Turc, il est musulman mais dit ne pas pratiquer quand je m’étonne qu’il ne fasse pas le ramadan, comme son ouvrier. « Je suis pas un arabe, moi ! ». Je ne vois pas le rapport mais lui si !!? Il ne m’adresse pas ou peu la parole, ne me regarde pas dans les yeux et ne me dit pas bonjour sauf pour me répondre (un début !). C’est très désagréable cette impression de ne pas exister : « votre mari est là, j’ai besoin de lui demander quelque chose ? Non, pas de message, pas important, je l’appellerai. » Grrr. Je préfère les roumains orthodoxes !

Si le maître d’œuvre nous a vendu l'excellence de sa compétence, le problème est que nous ne pouvons la voir que quand il vient. Un jour, il vient, un jour, un mois, il est pris ailleurs… un jour,  il passe mais ne reste pas… Pas simple de gérer ce genre de personnage ! A croire qu’il ne veut pas de son chèque de fin de chantier. A quatre reprises, il jurera et prendra date en promettant de venir finir et personne ne viendra. Souvent, charpentier varie…

Il nous embobinera avec ses histoires avec Maestro, montant même mon mari contre Maestro en lui démontrant par A+B à quel point nous avions été « arnaqués ». Mais, en prenant un peu de recul, nous en conclurons qu’il ne supportait simplement pas de voir que Maestro arrivait à faire payer chère une prestation que lui aurait facturée à meilleur marché. Deux petits chefs, à fort tempérament, qui travaillent ensemble, c’est un chef de trop !















Partager cet article

Repost 0

commentaires